Aller au contenu

JUBILE DE JOIE ET DE BENEDICTIONS DANS LA “FAMILLE LAVIGERIE”:Heureuse fête chers Missionnaires d’Afrique et Sœurs Missionnaires de Notre Dame d’Afrique en l’occasion du 150ème anniversaire de votre Fondation

Chère Famille Lavigerie, l'Eglise d'Afrique vous dit Gand Merci!

La Société des Missionnaires d’Afrique et des Soeurs de Notre Dame d’Afrique, couramment appelés respectivement « Pères blancs » et « Sœurs blanches », est  un don divin  pour l’Afrique qui est passé par les mains et l’œuvre immense du Cardinal Charles Lavigerie.

Samedi le 8 décembre, solennité de l’Immaculé Conception, les Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) et les Sœurs de Notre Dame d’Afrique (Sœurs blanches), ont célébré le Jubilé de 150 ans d’existence de cette Famille religieuse fondée par l’illustre prélat français connu de tous au nom de Cardinal Charles Lavigerie. A la même occasion, le diacre Silas NSABIMANA a été ordonné prêtre par S.Exc. Monseigneur Simon NTAMWANA, Archevêque de Gitega. Il est ainsi devenu le 13ème Père Missionnaire d’Afrique originaire du Burundi. La circonstance s’est déroulée à la paroisse Mbogora,  paroisse natale du même Père Silas.

Malgré un ciel pluvieux presque toute la journée, une ambiance de joie jubilaire caractérisait toute l’assemblée au terrain paroissial où a eu lieu la Messe que présidait l’Archevêque de Gitega, Monseigneur Simon NTAMWANA. En guise d’hommage à la Société Missionnaire d’Afrique pour son œuvre évangélisatrice, particulièrement au Burundi, la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi a pris largement part à l’événement. Outre l’archevêque de Gitega, étaient aussi présents l’évêque de Muyinga, Msgr Joachim NTAHONDEREYE (président de la CECAB), l’archevêque de Bujumbura, Msgr Gervais BANSHIMIYUBUSA, l’évêque de Rutana Msgr Bonaventure NAHIMANA et celui de Ruyigi, Msgr Blaise NZEYIMANA. La présence de prêtres, de religieux et religieuses était beaucoup remarquable. Quant aux fidèles laïcs, ils étaient une foule innombrable. Au côté du gouvernent du Burundi, l’honorable Agaton RWASA, premier Vice-président de l’Assemblée Nationale, le Gouverneur de Mwaro et d’autres personnalités, ont rehaussé de leur présence les cérémonies.

« Imitons l’Immaculée Conception, elle est notre modèle dans notre engagement à offrir aux hommes le Fils de Dieu  ».

Dans son homélie, Monseigneur Simon a pêché sur le rôle d’un homme de Dieu, à l’instar de Marie. Pour venir au monde dans la chair humaine, Dieu est passé par Marie, cette fille de Nazareth que Dieu le Père, en considération des mérites de son Fils, a racheté de façon éminente, en lui préservant la souillure originelle. Marie a été faite alors comme un pont pour que Dieu-le-Fils arrive au monde et répande sa grâce rédemptrice. Comblée de grâces, elle est le temple et le modèle de toute sainteté.  Tout chrétien, tout homme de Dieu, en l’occurrence le prêtre, doit alors imiter l’exemple de Marie. En effet, le prêtre est ordonné pour une mission concrète : il se situe en même temps en face de l’assemblée comme Jésus Christ qui la convoque et lui parle. Il fait donc le pont entre les hommes et Dieu. Il est le médiateur : aux hommes, il apporte le message et la grâce de Dieu (le Pardon, le pain et la vie) ; et  à Dieu, il présente la misère, la prière, le sacrifice des hommes. Le Burundi et l’Afrique entière se réjouissent aujourd’hui puisque un bon nombre de prêtres et de religieuses ont accepté d’être le pont des grâces divines dans la Famille Missionnaire fondée par le Cardinal Lavigerie. Que dieu en soit loué éternellement.

« On ne finira jamais de rendre grâce au Seigneur pour les bienfaits des Missionnaires d’Afrique en notre faveur ». Tel serait le résumé de l’allocution de Msgr Joachin NTAHONDEREYE, évêque du Diocèse de Muyinga et président de la CECAB. Une joie ineffable remplissait son cœur en s’adressant à l’assemblée vers la fin de la Messe. Entonnant d’abord le chant « Ndanezerewe, ndahimbawe », le Président de la CECAB a remercié, au nom de l’Eglise du Burundi, les Missionnaires d’Afrique, disant : « Grâce à vous, nous les burundais, nous avons pu prendre conscience de notre dignité de créés à l’image de Dieu ;… nous avons pu apprendre à lire et à écrire, et partant nous avons pris conscience de nos droits et de nos vrais devoirs… Grâce à vous, nous avons eu un bagage suffisant en vue du combat pour notre indépendance nationale… Merci pour votre bravoure, puisque vous avez accepté de livrer votre vie à la fatigue dans un monde non moins hostile ! Vous vous êtes heurté  dès le début  à une résistance atroce à Rumonge, et pourtant vous êtes parvenu à vous frayer l’entrée au Burundi en passant par l’Est, à Misugi, puis à Muyaga, et enfin vous avez parcouru tout le pays à pied sans chercher aucun autre intérêt que le salut des âmes de tous les burundais. Grâce à vous, nous avons eu les premières églises, les premières écoles, les premiers centres médicaux, les premiers séminaires et noviciats,…les premiers prêtres autochtones, etc…Tel que votre fondateur vous l’a légué, vous aimez et vous avez aimé profondément cette Afrique. Mille fois, merci !» 

Il termina son discours en souhaitant une heureuse année jubilaire aux fils et filles de Lavigerie, et surtout en leur souhaitant de devenir plus nombreux.     

Signalons que le Père Bosco NTIHEBUWAYO, chef national des Missionnaires d’Afrique au Burundi, a annoncé que le Père Silas NSABIMANA est désormais envoyé en Ethiopie comme Missionnaire d’Afrique. Le Vice-président de l’Assemblée Nationale, l’honorable RWASA Agaton lui a souhaité un très fructueux ministère jusqu’à nous envoyer, un jour, au Burundi, 10 missionnaires éthiopiens qui lui ressemblent !

                                              A. Timothée HAKIZIMANA

 

Yubile y’imyaka 150 ya Musenyeri Gorju n’indagano z’Abene Tereziya (18/8/2018).

Ku wa 18 myandagaro, rwari urubanza rudasanzwe kuri Bene Tereziya! Rwari rwatewe iteka n’umwungere mukuru wa Diyoseze nkuru ya Gitega, Musenyeri Simoni NTAMWANA, ari we yari arongoye inkuka y’Imisa, ari kumwe n’umwungere wa Diyoseze nkuru ya Bujumbura, Musenyeri mukuru Gervais BANSHIMIYUBUSA,  Umwungere-Samuragwa wa Diyoseze ya Bubanza, Musenyeri Georges BIZIMANA, abahoze ari abungere b’amdiyoseze ya Bujumbura (Musenyeri Evariste NGOYAGOYE)  na Ngozi (Musenyeri Stanislas KABURUNGU). Hari kandi icegera c’umwepiskopi wa Ruyigi, hamwe rero n’abasaserdoti, abihebeyimana n’abakristu benshi cane. Urwo rubanza rwarimwo i intu bitatu bihambaye:

1º)Indagano z’ubwihevyi n’ubuzigama-banga (15 bagira indagano za mbere, 11 biyegura burundu, 6 bahimbaza yubile y’imyaka 25).

 2º)Yubile y’imyaka 150 y’amavuka ya Musenyeri Julien Gorju: Umwepiskopi wa mbere wa Ekleziya y’i Burundi, umwungere w’intwari yamaze amezi 5 agenda n’amaguru ngo amenye neza ibikenewe mu karere ashinzwe. Ni we yatanguje Ekleziya y’i Burundi; niwe yatiye abasaserdoti bambere b’abarundi (25/12/1925); atanguza Iseminari ntoya ya Mugera mu 1926, hanyuma atanguza n’umuryango wa mbere w’abihebeyimana b’abarundikazi mu 1931, abaha Tereziya ngo ababere umuvunyi.

Musenyeri Simoni NTAMWANA ati: “Bene-Tereziyani mwe mfura z’abihebeyimana... Ndabifurije umugisha wo kubandanya mukura mu bweranda no mu gitigiri... Ese ico mugiye gukora cobegereza rwose Kristu kuruta uko mwahora. Kura mu bweranda, komera mu butumwa”.

3º) Indamutso ya Tereziya mu bisigi vyiwe: Patiri Zakariya, wo mu muryango w’aba Carmes ati: “Uguhurirana kw’indagano za Bene-Tereziya, Yubile y’imyaka 150 y’uwatanguje umuryango n’indamutso ya Tereziya mu bisigi vyiwe, ni ishaka ry’Imana. Ni nkuko Tereziya yovuga ati: nshaka kuba kumwe namwe kur’uwo musi muhimbaza uwabampayeko umuvunyi!”

Mu nyigisho y’uwo musi,  Umwepiskopi w’i Gitega yarasubiriye ahamagarira Abene Tereziya kurondera ubweranda bishimikije Umuvunyi wabo, mu guca muri ka kayira ko kwicisha bugufi, urukundo no kwizigira.Yatanguye avuga ati: “Bavukanyi Bene-Tereziya, ubugeni bwanyu na Yezu ni bwunganire ubweranda bw’Ekleziya”.Arongera ati: “Tereziya aje ngo abasangize ku bugeni bwiwe na mwene Rudasumbwa. Yaje ngo atwigishe twese kwigura imitima, kuyironkera urukiza, kuyitagatifuza nkuko nawe yavyiyemeje. Ni tube rero twese abatumwa b’inkoramutima muri Ekleziya y’uno munsi, duciye mu makanda ya Tereziya”....

Ese ubukandizi bwa Bikira Mariya bufatanye n’ubwa Tereziya bwodufasha gukirurutsa imitima tugahinduka, tukarekuriranira, tukisubiza itoto n’iremba, tukarangwa n’umutima w’urukundo rw’ukuri rwokwiserurira  mu nyifato n’ingiro zacu. (Mlle Générose KARADEREYE)

La fête de l’Annonciation dans la grande Famille Montfortaine à GITEGA (samedi le 25Mars 2017)

En date du 25 mars 2017, à l’occasion de la fête de l’Annonciation du Seigneur, chez les Soeurs  Militantes de la Sainte Vierge (de Mushasha), les membres de la grande famille Montfortaine  œuvrant à Gitega (à savoir les Pères de la compagnie de Marie dits Pères  montfortains, les Frères Montfortains de saint Gabriel et les Soeurs Militantes de la Sainte Vierge) ont participé au renouvellement  des vœux des jeunes sœurs Militantes. Elles étaient 19 à renouveler leurs vœux d’une année, et 3 sœurs ont renouvelé leurs vœux de 3 ans. En la même occasion,  23 fidèles se sont consacrés à Jésus par Marie à l’exemple de Saint Louis Marie de Montfort :                        «….le fils de Dieu s’est fait homme pour notre salut, mais en Marie et par Marie. Dieu le Saint-Esprit a formé Jésus-Christ en Marie, mais après lui avoir demandé son consentement par un des premiers ministres de sa cour» (Traité de la Vraie Dévotion, 16). Signalons d’ores et déjà que l’Annonciation du Seigneur est une fête patronale pour la grande famille montfortaine.

LA MESSE DE L’ANNONCIATION

La Messe était présidée par Monseigneur  Simon NTAMWANA  Archevêque de GITEGA en compagnie de plus d’une trentaine de prêtres qui venant de différentes paroisses de l’Archidiocèse de GITEGA.  

Dans son hommerie, Monseigneur l’Archevêque de GITEGA a expliqué comment notre Père du ciel nous a aimés en son fils unique Jésus Christ et  nous appelle sans cesse d’acquérir cet amour. Les jeunes Militantes de la Sainte Vierge donnent un exemple en renouvelant leurs vœux de pauvreté, de chasteté,  d’obéissance  afin de propager la vraie dévotion de Marie.

RENOUVELEMENT DES VŒUX RELIGIEUX DES JEUNES MILITANTES

 19 jeunes Militantes de la Sainte Vierge ont renouvelé  leurs vœux religieux pour un an et 3 pour trois ans. «Pareillement l’Esprit vient au secours de notre faiblesse ; car nous ne savons que demander pour prier comme il faut ; mais l’Esprit lui-même intercède pour nous en des gémissements ineffables.»       Rm 8,26. 

La supérieur générale de l’institut de Militantes de la Sainte Vierge a  présenté les Militantes qui allaient renouveler leurs vœux et ces dernières les ont émis en présence de son Excellence Monseigneur, l’Archevêque et devant leur Supérieure Générale.

 «….Ne confiez pas l’or de votre charité, l’argent de votre pureté, les eaux des grâces célestes ,ni les vins de vos mérites et vertus à un vaisseau gâté et corrompu comme vous êtes ;autrement vous serez pillées par les voleurs, c’est á dire les démons qui cherchent et épient, nuit et jours,  le temps propre pour le faire ;…Mettez ,versez dans le sein et le cœur de Marie tous vos trésors, toutes vos grâces et vertus ;c’est un vaisseau d’esprit, c’est un vaisseau d’honneur, c’est un vaisseau insigne de dévotion (Traité de la Vraie Dévotion, 178 »

LA CONSECRATION EN JESUS PAR MARIE

La supérieure Générale a expliqué comment on arrive à la  pratique particulière  pour ceux qui veulent devenir parfaits. « Outre pratiques extérieures de la dévotion qu’on vient de rapporter, lesquelles il ne faut pas omettre par négligence ni mépris, autant que l’état et condition de chacun le permet, voici des pratiques intérieures bien sanctifiantes pour ceux que le Saint-Esprit appelle à une haute perfection.» Disait Saint Louis Marie de Montfort.

C’est, en quatre mots que cette pratique à la vraie dévotion doit se faire.

 PAR MARIE, AVEC MARIE, EN MARIE et POUR MARIE  afin de les faire plus parfaitement par Jésus-Christ, avec Jésus ,en Jésus et pour Jésus.» (Traité de la vraie dévotion, 257).

L’AGAPE  FRATERNELLE  AU CENTRE MAGNIFICAT

Après la célébration eucharistique, les membres de la famille montfortaine  et leurs hôtes ont partagé l’agape fraternelle : «…Marie est charitable; elle nous aime comme s’est enfants et serviteurs; offrons lui tout, nous n’y perdons rien; elle fera tout réussir à notre profit…» (Amour de la Sagesse Eternelle, 222)

Il est né, il y a 100 ans, mais sa mémoire devient de plus en plus vive dans l’Eglise, accent mis sur l’Eglise de Gitega. Nous parlons bien sûr du Vénérable Père ACHILLE DENIS ALBERT-CHRETIEN, missionnaire belge de la Congrégation des Pères Blancs, qui a passé 40 ans sur le sol burundais (du 30 août 1945 au 27 août 1985), exactement à Gitega, se démenant contre vents et marées pour que s’étende le Royaume de Dieu, Créateur, imitant, de tout son cœur, l’exemple de Jésus Christ, notre Sauveur, et faisant preuve d’être animé toujours par l’Esprit Saint, notre Défenseur. « Dès sa jeunesse, Achille Denis se montre ami de Jésus Christ et enfant intime de sa Mère et la nôtre, la sainte Vierge Marie », témoignent la Supérieur Générale de l’Institut des Sœurs Militantes de la Sainte Vierge Marie et un autre Père Blanc qui, ce jour, nous ont brossé la biographie de cet humble serviteur de Dieu.

 En effet, c’est à l’âge de 22 ans, le 8 décembre 1937, alors qu’il était novice chez les Pères, qu’Achille Denis se consacre à Jésus par Marie, à Varsenare, selon la règle de Saint Louis Marie Grignion de Montfort. Dès lors, il se montre un excellent constructeur de la Cité où  règne Jésus par Marie.  Arrivé au Burundi, il en a fait preuve de telle sorte que toutes les couches de la dévotion mariale -au Burundi- respirent jusqu’ici le parfum de ses activités en faveur de l’amour de Dieu par Marie. Pour s’en rendre compte, il suffit d’approcher les membres de l’Archiconfrérie de Marie Reine des cœurs (INYEGU), les membres du Mouvement LEGIO MARIAE, et bien sûr les Sœurs Militantes de la Sainte ViergeMarie (M.S.V), fondés respectivement en 1953, 1954 et 1959 par le même sublime Missionnaire. Pour le Père Achille Denis, la Mère de Jésus arrangera tout dans toute éternité. Dans son Testament, il écrit : « Elle me procurerait tout le nécessaire et moi, j’essaierai de la faire connaître et aimer » 

Heureux Jubilé, Vénérable Père !

Les cérémonies marquant la fête susmentionnée ont eu lieu à Mushasha, présidées par le Pasteur de l’Archidiocèse de Gitega, S.Exc. Msgr Simon NTAMWANA. L’Eucharistie où ont eu lieu les grands événements de ce jour, c-à-d, les professions, la bénédiction des jubilaires, a débuté à 9h30. Après, les invités ont partagés les agapes fraternelles avec les sœurs M.S.V au Centre Magnificat, une splendide salle de ces mêmes religieuses. 

Un Père Blanc, présent dans ces cérémonies et qui a vécu dans les paroisses Rukago et Busiga entre 1963 et 1972, nous a confirmé au début de l’Eucharistie de ce jour, qu’à chaque fois qu’il venait rendre visite aux Pères blancs de Gitega, c’était une grande joie rencontrer le Père Achille Denis. Ce dernier lui confiait toujours des livrets servant à propager la dévotion à la Sainte Vierge Marie. « Son zèle était communicatif et il a su le transmettre à toutes les militantes et aux prêtres du Burundi. Il voulait des Militantes saintes, courageuses et joyeuses », renchérit-il.   

A continuation, voici tracée en forme de tableau la biographie du Père ACHILLE DENIS ALBERT-CHRETIEN, ce missionnaire de l’Evangile qui a révolutionné la dévotion mariale au Burundi, à travers les INYEGU, la LEGIO DE MARIE et les MILITANTES DE LA SAINTE VIERGE qu’il a lui-même fondés et les autres mouvements de spiritualité qui continuent de les emboiter le pas :

 

Date

Evénements.   

27 août 1915 

Naissance à Eisden en Belgique

29 aout 1915

Baptême à Mechelen en Belgique

10 juin 1927

Confirmation à Louvain

1921-1935

Ecole primaire et secondaire

8 décembre 1937

Consécration à Jésus para Marie selon Saint Louis Marie Grignion de Montfort à Varsenare.

1935-1942

Séminaire des Pères Blancs à Boechout en Belgique.

6 avril 1942

Ordination sacerdotale à Heverlee (Louvain)

1942-1945

Professeur au Collège Saint Vincent et Yprès en Belgique.

30 août 1945

Arrivée au Burundi (Bujumbura)

1 septembre 1945

Nomination à la paroisse de Gitongo (Gitega)

20 décembre 1945

Vicaire paroissial à Rutovu (BURURI) et Directeur d’une école Primaire.

Depuis août 1948

Directeur Spirituel au Petit Séminaire de Mugera et Aumônier de l’école Ménagère ce Mugera

10 octobre 1953

Directeur spirituel de l’Archiconfrérie de Marie Reine des cœurs (Inyegu)

10 juin 1954

Fondation de la Légion de Marie à Mugera, à la demande de Monseigneur Antoine Grauls.

1955-1958

Initiative et réalisation de construction de la Grotte de Mugera en collaboration avec le Père Bregnard, Prêtre du Saint sacrement.

11 février 1959

Fondation de l’Institut des Militantes de la Sainte Vierge à l’aide de Mademoiselle Gretta

1985

 

Annonce de Son expulsion du Burundi. Ce jour, le Père Achille Denis a dit : « La Sainte Vierge n’a qu’à tirer son plan »

5 août 1985

Messe d’adieux par un Père Montfortain Franz Fabry à Mushasha (Gitega)

7 août 1985

Départ du Père Achille Denis. Tous les membres de l’Institut et des Mouvements de spiritualités qui ont vus le jour grâce au Père Achille Denis se souviendront toujours de cette parole courte mais tellement dense qu’il a dite avant son départ : « Restez-unis mes enfants !»

23 mai 1992

Décès à Varsenare en Belgique.

29 mai 1992

Funérailles à Varsenare. 

 

« … Le Père Denis n’est pas mort, il est rentré à la maison chez le Bon Dieu ; auprès de la Sainte Vierge, sa mère ; auprès de Jésus, son frère… »(Testament). 

**********************

D’heureuse mémoire, l’Institut des Sœurs Militantes de la Sainte Vierge a fait tout, cette année du centenaire de la Naissance de leur Fondateur, pour que la célébration d’un tel Jubilé soit digne de ce nom. En vue de couronner l’éclat de la fête, on la fit coïncider avec les professions religieuses, ce 22 Aout dernier, où 7 membres émettaient leurs premiers vœux et 5 membres, les vœux perpétuels. En plus, 5 membres  célébraient leur jubilé de 25 ans de Consécration  et 1 membre soufflait sa 50ème bougie, louant le Seigneur pour le don de fidélité au charisme de Militante de la Sainte Vierge.

« Heureux qui garde sa foi dans le Seigneur ! » (Ps 40,5).

Ont émis leurs premiers vœux, les novices :

1º) Francoise SIBOMANA, Ndava-GITEGA

2º) Jeanette Christine NIYONIZEYE, Mpanuka-GITEGA

3º) Claudine NININAHAZWE, Nyabiraba-GITEGA

4º) Philothée NIYOKINDI, Rumeza-BURURI

5º) Félicité MUKEYE, Rwisabi-NGOZI

6º) Fabiola HAKIZIMANA, Mubuga-Rutonde- GITEGA

7º) Alvela NDAYIZEYE, Mubuga-Rutonde- GITEGA

Pour les vœux perpétuels, il s’agissait des sœurs :

1º) PélagieNZEYIMANA, Kibumbu-GITEGA

2º) Marie NIYONZIMA, Mugamba-BURURI

3º) Alice Simplice BARARUNYERETSE, Nyakabiga-BUJUMBURA

4º) Clémence KABATESI, Murore-MUYINGA

5º) Félicule NDIKIMINWE, Buhoro-GITEGA

Les jubilaires de 25 ans étaient les sœurs :

1º) Rénilde NDAYISENGA, Munanira-Bujumbura

2º) Marie NIYIBIZI, Gatara-NGOZI

3º) Josiane BASHIRWA, Rusengo –RUYIGI

4º) Lucie BUCINDIKA, Kirimbi-GITEGA

5º) Agripine CIZA, Minago-BURURI

Et, enfin, célébrait le jubilé d’or la sœur  Monique KAVANKIKO, native de la paroisse RUSENGO, Diocèse RUYIGI.  

Selon la Supérieure Générale de l’Institut des Militantes de la Sainte Vierge Marie, Sœur Stéphanie N., “ce jour est inoubliable dans leur Institut pour multiples trésors impérissables dont le Seigneur leur a fait gardiennes ». Reconnaissant l’esprit fort avec lequel le Père Achille Denis a mené l’activité apostolique qui aboutit à l’obtention desdits trésors, la Supérieur des Sœurs M.S.V, a demandé à l’assemblée en présence d’acclamer fortement Dieu Tout Puissant avant de nous brosser la biographie dudit vénérable missionnaire, le Père Achille Denis (cf. le tableau ci-haut-.)

Dans tout, elle affirme que le Père Achille Denis a été caractérisé et guidé essentiellement  par l’obéissance à l’Esprit Saint, sinon il n’aurait pas pu accomplir l’œuvre immense que remémore l’Institut en ce grand jour.    

 

« Heureux ceux qui écoutent la Parole de Dieu et l’observent ! » (Lc 11,28)

 

PROFESSIONS RELIGIEUSES CHEZ LES SOEURS BENE-TEREZIYA (Mushash, le 8 Août 2015)

NOTRE BONHEUR ET NOTRE GLOIRE C’EST DE TRAVAILLER POUR JESUS CHRIST (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Ste Face)

NOTRE BONHEUR ET NOTRE GLOIRE C’EST DE TRAVAILLER POUR JESUS CHRIST (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, Poésie 40,10)

 

En date du 8 août 2015, la joie échoit l’Institut des Sœurs BENE-TEREZIYA qui célèbre l’émission des premiers vœux, des vœux perpétuels et des jubilés d’Argent et d’Or de certaines de ses membres.

 Les cérémonies ont eu lieu à Mushasha, présidées par le Pasteur de l’Archidiocèse de Gitega, S.Exc. Msgr Simon NTAMWANA, depuis 9h30 du matin. Dites cérémonies ont été marquées par la Sainte Eucharistie où ont eu lieu les grands événements de ce jour, c-à-d, les professions, la bénédiction des jubilaires, et un partage d’agapes fraternelles juste après.

 


Ont émis leurs premiers vœux, les novices :

1º) Gilberte NTAKARUTIMANA, Ndava-Gitega

2º) Daniella NDUWIMANA, Kibungere-Gitega

3º) Laurence TOYI, Cendajuru-Ruyigi

4º) Dorothée BUCUMI, Murago-BURURI

5º) Catherine MUTOMB-KAUR, Saint Antoine de Padoue, Kolwez-RDC

6º) Crescence NIJIMBERE, Gatara-NGOZI

7º) Léa NDAYONGEJE, Rwisabi-NGOZI

8º) Violette HAKIZIMANA, Ngozi-Ngozi

9º) Claudine MUKAMANA, Mukenke-Muyinga.

10) Sandrine MUGUMYABANGA, Murago-Bururi

11º) Aurélie NZIGAMASABO, Mpanuka-Gitega

12º) Jeannette MANIRUMVA, Jene-Ngozi

13º) Gloria NDAYISENGA, Giheta-Gitega

14º) Alice KANYAMUNEZA, Bukeye-Bujumbura

15º) Jeannette HAKIZIMANA, Jenda-Bujumbura.

 

Les vœux perpétuels ont été professés par les sœurs :

1º) Marie Francine KEZIMANA, Giheta-Gitega

2º) Marie Elyse Claudine NISUBIRE, Mugamba-Bururi

3º) Marie Emelyse NDAYISHIMIYE, Mwaro-Gitega

4º) Marie Flora NDABAREMBEREYE, Muyaga-Ruyigi

5º) Marie Pélagie MIBURO, Kamaramagambo-Muyinga

6º) Marie Alfonsine CIZANYE, Ntega-Muyinga

7º) Marie Espérance ITANGISHAKA, Mubuga-Ngozi

8º) Marie Chantal KAKUNZE, Rutana-Rutana

9º) Marie Gaudiosa HAVYARIMANA, Bukwavu-Bujumbura

 

L’institut des Sœurs Bene-Tereziya qui, il y a 3 ans, a décroché le Droit Pontifical, s’est vu couronné d’honneur et de joie pour ses membres qui fêtaient leur jubilé d’Argent -25ans de vie consacrée-, et d’autres encore qui  qui soufflaient leur 50ème bougie parce que ayant restées fidèles au don de la consécration 50 ans durant.

 

Les jubilaires de 25 ans étaient au nombre de 11. Il s’agissait de sœur :

1º)  Marie Rosalie NGENDAKUMANA, Mivo-Ngozi

2º) Marie Christiana TWAGIRAYEZU, Gicumbi-Ngozi

3º) Marie Léa NIYAKIRE, Mpinga-Rutana

4º) Marie Rosalie NIYONSABA, Matyazo-Bururi

5º) Marie Jeanne Marie MIBURO, Kayongozi-Ruyigi

6º) Marie Gloriose NISHATSE, Ruganza-Ngozi

7º) Marie Athanasie HARABARUSHE, Mivo-Ngozi

8º) Marie Judith NDAYABARWA, Muyaga-Ruyigi

9º) Marie Aloyisia BARUMPOZAKO, Giheta-Gitega

10º) Marie Gloriose NIYONZIMA, Munanira-Bujumbura

11º) Marie Janvière NYANDWI, Murenda-Gitega

 

Célébraient le jubilé d’or les Sœurs :

1º)  Marie Lazare Marie GITIFU, Mayuyu-Bujumbura

2º) Marie Anne-Marie KANYEMBWA, Rusengo-Ruyigi

3º) Marie Venantie BANDYAMWABWO, Rukundo-Gitega

4º) Marie Espérance NIZIGIYIMANA, Butwe-Bururi

5º) Marie Jeanine NINGENZA, Jenda-Bujumbura

6º) Marie Spès Caritas SINDAYIGAYA, Muhanga-Ngozi

7º) Marie Sponsa NTANGIBINGURA, Buhonga-Bujumbura

8º) Marie Jacques KAZIRUKANYO, Kibumbu-Gitega  

 

Dans son homélie, l’archevêque a insisté sur  la joie et l’action de grâce qui doivent marquer les consacrés, surtout cette année, comme c’est le souci de sa Sainteté, le Pape François. « Réjouissez-vous tous dans le Seigneur Jésus, Prédicateur du Royaume où règne son Père ! », prêchait Monseigneur Simon. Il a du coup invité toute l’assemblée à l’action de grâce pour le don de la Consécration à Dieu. En effet, les consacrés, comme l’atteste le Pape François, doivent, cette année re-méditer sur les charismes particuliers de leurs Instituts en vue du changement intérieur, un changement qui puisse inspirer aux autres la conversion. Le Pape appelle aussi tous les consacrés à viser haut en allant toujours de de l’avant, se repentant pour les faillites, dans le but de réveiller ce monde à l’amour et à la propagation de la Bonne nouvelle du Christ. … Que Dieu fortifie sur cette voie nos religieux et religieuses ! Par ailleurs, « Nous sommes gratifiés par le témoignage des membres de divers Instituts religieux, frères et sœurs, qui, au cours de cette été, se sont présentés joyeusement au service du Royaume de Dieu, en prononçant leurs vœux -comme c’est le cas des BENE-TEREZIYA aujourd’hui-. Pour ce et pour d’autres multiples raisons,  nous rendons grâce à Dieu », martelait l’archevêque.

 « Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez en elle vous tous qui l’aimez …» (Is 66,10). En s’appuyant sur cette parole que Dieu a mis dans la bouche du prophète Isaïe, notre prédicateur a enseigné que Dieu a guéri Israël de son mal, de son péché, parce qu’il s’était converti et abandonné ses infidélités. Pour cela, Dieu promet de faire couler vers Jérusalem la paix comme un fleuve (Cf. Is 66, 12). Puisque les israélites ont accepté d’être des enfants dans la maison, Dieu va effacer toute leur souillure, il va les consoler à la manière d’une mère envers son enfant.

Et bien, « nous, qui formons la nouvelle Jérusalem pécheresse, Dieu nous invite à nous réveiller et à nous repentir,  », disait l’évêque Simon. C’est ainsi qu’à travers l’assemblée sur place, il a exhorté tous les burundais à se convertir comme l’ont fait les israélites ou les ninivites …. Car, « le seul moyen, qui mène à l’harmonie, la seule voie qui élève le pécheur vers Dieu, c’est le chemin de la conversion à l’exemple d’un enfant qui se retourne vers son parent à qui il avait désobéi »... « C’est un chemin qui implique l’accueil et l’abandon de soi à l’amour miséricordieux de Dieu et à sa providence. Tel est le chemin, la voie courte prônée par Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face. … Jésus Christ nous y interpelle instamment dans son Evangile quand il dit : «  Si vous ne changez pas pour devenir comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux » (Mt 18,3).  

Pour conclure son homélie, l’archevêque a lancé cette exhortation au BENE-TEREZIYA :   « Chères thérésiennes toutes, surtout vous, les concernées par les festivités de ce jour, je vous exhorte de nous réveiller, de prier Dieu pour qu’il vous offre les moyens d’y arriver, afin que vous puissiez nous montrer, de plus bel, la courte voie, sûre et rapide, la voie qui mène au Royaume de Jésus, caractérisé par l’infinité de limites, le non favoritisme, l’amour, la justice et la paix pour tous ».

 

Que Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Saint Face, prie pour nous tous ! Amen.

(A. Timothée HAKIZIMANA.  

 

PROFESSIONS RELIGIEUSES CHEZ LES SOEURS BENE-BERNADETA (Mushasha, le 25 juillet 2015)

« N’OBLIONS PAS DE VOIR NOTRE SEIGNEUR DANS LA PERSONNE DU PAUVRE »(Sainte Bernadette Soubirous)

Pour ouvrir la période des professions religieuses pendant l’été 2015 dans l’Archidiocèse de Gitega, la Congrégation des Sœurs Bene-Bernadeta a eu le privilège d’être placée au premier plan pour la réception des grâces de la consécration. Ce 25 juillet 2015, juste après une semaine des Ordinations sacerdotales, cette famille religieuse a eu l’occasion de célébrer l’émission des vœux temporaires et des vœux perpétuels, en même temps qu’elle fêtait le jubilé d’Argent de certains de ses membres.

Les premiers vœux ont été émis par 9 membres, alors Novices. Il s’agissait de :1º) Patricie BUTOYI, de Mushasha- GITEGA, 2º) Xantipe NAKANANI, de Gitwenge-RUYIGI, 3º) Amélie NIBIZI, de Bugendana-GITEGA, 4º) Diane KAZEZWA, de Mwaro-GITEGA, 5º) Victoire BUTOYI, de Butwe-BURURI, 6º) Donavine BUKURU, de Rumeza-BURURI, 7º) Godeberthe NZIKWIRINDA, de Muriza-RUYIGI, 8º) Médiatrice NSABIMANA, de Nyangwa-GITEGA, et 9º) Marie-Goreth GARUYENGE, de Karusi-GITEGA.

Nous signalons ici qu’avant de passer à l’acte, dans cette Congrégation, il est de coutume qu’il y ait d’abord un dialogue entre la Mère-Supérieure et les parents des Novices. Au cours de ce dialogue, la Supérieure demande aux parents s’ils acceptent librement de faire don de leurs filles à Dieu et à l’Institut. C’est un rite type dot habituel dans les familles avant le mariage, mais, à différence de la dot, ce rite se fait pendant la messe. Par ce fait, on réaffirme que les parents ont droit à leurs enfants, mais qu’ils respectent la volonté de Dieu plus que la leur. D’où ils expriment clairement qu’ils sont prêts à bénir leurs enfants et à correspondre au choix de Dieu. Bénissant leurs filles, ils prient pour qu’elles répondent sans obstacles à l’appel de Dieu et promettent toujours les soutenir par la prière. C’est alors après la bénédiction des parents à leurs filles que la Mère Supérieure de l’Institut des Bene-Bernadeta présente ces dernières à l’évêque pour les professions. 

Ont émis les vœux perpétuels, les Sœurs : 1º) Concilie MUKANTWARI, de Mukenke-MUYINGA ; 2º) Bernadeta NDORICIMPA, de Mugera-GITEGA ; 3º) Marie Spès NAHIMANA, de Gihiza-GITEGA; 4º) Léonie KWIZERA, de Muyinga-MUYINGA ; 5º) Annonciata MUKESHIMANA, de Muhanga-NGOZI ; 6º) Séraphine HAKIZIMANA, de Mukenke-MUYINGA.

Quant aux jubilaires, elles étaient à trois : 1º) l’actuelle Mère Supérieure des Bene-Bernadeta :   Soeur Odette NDABABAWE, originaire de la paroisse Muriza, Diocèse RUYIGI ; 2º) Sœur Concessa SINIHA, de Gakome-RUTANA ; et 3º) Sœur Suavis MBONIHANKUYE, de Gasenyi-NGOZI.   

Les cérémonies ont débuté à 9h30 du matin à la cathédrale Christ-Roi de Mushasha, présidées par Son Exc. Msgr Simon NTAMWANA, Archevêque de Gitega.  (…à suivre)

Ô MARIE, PROTÈGE-MOI, COMME TON BIEN PROPRE ET TA PROPRIETÉ (Devise sacerdotale du Père Achille Denis Albert-Chrétien).

L’Institut des Militantes de la sainte Vierge se prépare à célébrer le « CENTENAIRE DE LA NAISSANCE DU PÈRE ACHILLE DENIS ALBERT-CHRÉTIEN » fondateur dudit Institut (27/081915- 27/08/2015).

Ici nous vous relatons la vie de ce vénérable Père qui a révolutionné la vie mariale au Burundi, à travers l’Institut de Vie Consacrée qu’il a lui-même fondé.

Date

Evénements.

27 août 1915 

Naissance à Eisden en Belgique

29 aout 1915

Baptême à Mechelen en Belgique

10 juin 1927

Confirmation à Louvain

1921-1935

Ecole primaire et secondaire

8 décembre 1937

Consécration à Jésus para Marie selon Saint Louis Marie Grignion de Montfort à Varsenare.

1935-1942

Séminaire des Pères Blancs à Boechout en Belgique.

6 avril 1942

Ordination sacerdotale à Heverlee (Louvain)

1942-1945

Professeur au Collège Saint Vincent et Yprès en Belgique.

30 août 1945

Arrivée au Burundi (Bujumbura)

1 septembre 1945

Nomination à la paroisse de Gitongo (Gitega)

20 décembre 1945

Vicaire paroissial à Rutovu (BURURI) et Directeur d’une école Primaire.

Depuis août 1948

Directeur Spirituel au Petit Séminaire de Mugera et Aumônier de l’école Ménagère ce Mugera

10 octobre 1953

Directeur spirituel de l’Archiconfrérie de Marie Reine des cœurs (Inyegu)

10 juin 1954

Fondation de la Légion de Marie à Mugera, à la demande de Monseigneur Antoine Grauls.

1955-1958

Initiative et réalisation de construction de la Grotte de Mugera en collaboration avec le Père Bregnard, Prêtre du Saint sacrement.

11 février 1959

Fondation de l’Institut des Militantes de la Sainte Vierge à l’aide de Mademoiselle Gretta

1985

 

Annonce de Son expulsion du Burundi. Ce jour, le Père Achille Denis a dit : « La Sainte Vierge n’a qu’à tirer son plan »

5 août 1985

Messe d’adieux par un Père Montfortain Franz Fabry à Mushasha (Gitega)

7 août 1985

Départ du Père Achille Denis. Tous les membres de l’Institut et des Mouvements de spiritualités qui ont vus le jour grâce au Père Achille Denis se souviendront toujours de cette parole courte mais tellement dense qu’il a dite avant son départ : « Restez-unis mes enfants !»

23 mai 1992

Décès à Varsenare en Belgique.

29 mai 1992

Funérailles à Varsenare. 

 

« … Le Père Denis n’est pas mort, il est rentré à la maison chez le Bon Dieu ; auprès de la Sainte Vierge, sa mère ; auprès de Jésus, son frère… »(Testament).  

FORUM NATIONAL DES RELIGIEUX (SES) (Lycée Sainte Thérèse de Mushasha, 10 et 11 avril 2015) (copie 1)

Inédite et flamboyante activité à l’intention des religieux (ses) du Burundi !

Dans le cadre de célébration de l’année dédiée à la Vie consacrée au sein de l’Eglise Catholique du monde entier, l’Assemblée des Supérieurs Majeurs  (ASUMA), a organisée un forum National des religieux et religieuses  sous le thème « VIE CONSACRÉE, TEMOIN DE L’EVANGILE, PROPHETIE DE LA JOIE POUR SEMER L’ESPERANCE DANS LE BURUNDI  AUJOURD’HUI ». Les rassemblements ont eu lieu en deux temps : à Bujumbura (du 08-09 avril 2015) et à Gitega (du 10 au 11 avril 2015).

Les info. ici concernent le déroulement à Gitega.

Au programme étaient: 

1ère Journée :

8h00-9h00 : Messe d’Ouverture (par l’Ordinaire du lieu)

9h00-9h15 : Animation

9h15-9h45 : Lancement des activités proprement dites (Msgr le Nonce Apostolique

9h45-11h15 : 1ère Conférence

11h15-11h30 : Pause / animation

11h30-12h30 : 2ème Conférence

12h30 : Rafraichissement (sorte de pique-nique)

14h00-14h30 : Animation

14h30-15h30 : Travaux-carrefours

15h30-16h30 : Mise en commun

16h30-17h30 : Prière de clôture de activités de la journée (Adoration)

17h30 : Rentrée aux auberges

 

2ème Journée :

 

8h00-8h30 : Animation

8h30-9h30 : (Conférence par S. Exc. Msgr Blaise NZEYIMANA)

9h30-10h30 : Débat libre

10h30 : Pause / animation

11h00 : EUCHARISTIE DE CLOTURE DU FORUM

13h00 : Retour aux communautés d’origine.

Pendant la messe d’ouverture, Monseigneur Simon Ntamwanana, s’appuyant sur les textes bibliques de la liturgie du jour, a réitéré aux participants audit Forum la nécessité de connaître profondément le Christ qui les appelle à sa suite et l’extrême l’importance d’être fidèles à sa Parole pour bien accomplir la mission de rendre témoignage à sa la vie.  

En effet, la question posée aux apôtres, après la guérison d’un impotent dont nous parle la 1ère lecture du jour (Ac…) reste actuelle et non moins valide pour les religieux (ses) de nos jours : « Au nom de qui faites-vous cela ? Quel est le fondement, l’origine de la vie consacrée ? Pourquoi la vivez-vous de cette manière-là ? Ce forum va être l’occasion d’approfondir ces interrogations.  « Dans cette octave de Pâques, où l’Eglise nous invite à contempler et à proclamer le mystère du Christ ressuscité -avec le même éclat que le jour de la résurrection-, la joie nous échoie également de vivre ce forum pour réfléchir sur notre vocation, sur notre mission, … à travers ce qui est advenu à Marie Madeleine, aux apôtres et à ceux qui nous ont précédé dans cette vie. Nous devons remémorer en nous que nous sommes avant tout les témoins de la résurrection du fait même que nous sommes des baptisés », affirme Msgr Simon. Et plus encore, « nous, nous devons le faire avec plus d’empressement, plus de dévotion, parce que, chacun de nous en a fait vœux selon ses engagements et le charisme de l’ordre auquel il appartient », ajoute-t.il. En principe, notre vocation et notre mission s’enracine dans la Pâques du Seigneur. Répondons-y donc avec la lumière de la résurrection et sans crainte comme les apôtres.

L’obéissance d’Abraham, notre grand-père dans la foi, qui n’a pas refusé à Dieu l’offrande de son unique fils, Isaac, est aussi l’un des exemples qui signifient beaucoup pour notre vocation… Abraham  a reçu la bénédiction sans pareille et toutes les nations avec lui parce qu’il n’a pas douté d’accomplir la volonté de Dieu, par amour et par la foi en Lui… Nous ne devons avoir peur de nous engager à la cause de Dieu. La Bible nous parle de plusieurs personnes qui ont été envoyées auprès des dirigeants pour accomplir une mission prophétique n’excluant pas la souffrance corrélative, jusqu’à y laisser la peau, des fois. C’est le cas de Moïse et bien d’autres prophètes envoyés au près des rois pour pointer du doigt leurs conduites égarées. C’est aussi le cas des apôtres (cf. le Livre des Actes des Apôtres), des premiers missionnaires, etc.

 Quand Dieu s’est constitué un peuple, il a choisi les lévites (Aaron et ses fils) pour être dédiés à la prière et à offrir des sacrifices en son honneur. Leur fidélité à cette mission montre que la consécration à Dieu est liée avant tout à la communion avec lui. C’est ce que signifient, pour nous, les offrandes que nous apportons à l’Eglise : elles signifient « donner à Dieu ce que nous avons ». Mais en réalité, la consécration à Dieu au bon sens du terme, nous l’avons compris depuis l’offrande de Jésus Christ à son Père : l’offrande de soi. Ceux qui vont à sa suite essaient de l’imiter. Ceci dit, l’Origine de la vie consacrée se trouve dans cette noble fête de la « COMMUNION » de Dieu avec les siens, ce même jour où il les envoie témoigner de cela. Raison pour laquelle toute personne qui veut comprendre la vie religieuse comme consécration à Dieu, doit intérioriser d’abord le mystère pascal. Les apôtres que Christ lui-même a éduqué à son école ont terminé consacrant leur vie à sa cause, parce que la grâce de la Résurrection et de la Pentecôte n’ont pas laissé nulle doute sur leur vocation. « Allez, de toutes les nations, faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28,19).

 Après les apôtres, d’autres chrétiens ont senti l’appel à vivre coincés dans le silence et la communion intense avec Dieu, lui consacrant tout leur être, sans réserve. C’est là le début des ordres religieux. Juste un don pour l’Eglise. Les religieux de nos jours ne sont pas une espèce différente. « Nous sommes un don pour l’Eglise », renchérissait notre Pasteur. Avec l’aide de la Sainte Vierge Marie et de tous les saints fondateurs de diverses familles religieuses, fixons notre regard au Christ, notre Maître, pour que ce nous voulons être soit illuminé par son saint désir et que notre vie, notre mission soient profitables à toute l’Eglise ! Ainsi, soit-il.   

 

Avant de terminer la messe, Sœur Bernadette, Supérieure Générale des Bene Mariya et Vice- Présidente de l’Association des Supérieurs Majeurs (ASUMA), a prononcé un discours d’accueil à tous les participants au Forum. Son allocution était centrée sur l’appel de tous les consacrés à « vivre avec joie »,… « joie de la rencontre avec le Christ ressuscité, joie de la rencontre avec ce Dieu qui nous aime et qui vit toujours avec nous ». Dans la logique de l’année que le Saint Père, inspiré par le Saint Esprit, a dédié à la vie consacrée, ce forum, est une occasion de méditer et réaliser ce pour quoi existe la vie consacrée, disait-elle.

En date du 21 -11- 2014, le pape François  a demandé à ce que « cette année nous soit une opportunité d’accueillir cordialement et avec joie la vie consacrée comme un capital spirituel qui profite au bien de tout le Corps du Christ et non seulement aux familles religieuses » (cf. L.G, n. 43)…il disait que « la vie consacrée  est un don à l’Eglise; elle naît dans l’Eglise, croit dans l’Eglise et est orientée vers l’Eglise » (Lettre du pape François à tous les consacrés, 21-11-2014).  Le pape disait aussi que « Là où il y a un consacré il y a un consacré il y a de la joie » (cf. Ibidem). … Est-ce vrai ? … Oui !! Bienvenus donc à tous ici pour témoigner et accomplir ces paroles que le saint Père nous adresse. Nous devons nous réjouir car la joie vient de Dieu, a martelait Sr Bernadette. L’invitation du pape nous demande à « renouveler et à définir  notre vocation avec joie et passion, car l’acte d’un amour total est un processus continu qui murit à un développement permanent, dans lequel le oui de notre volonté à la sienne unit volonté, intellect et sentiment ». Qui pour ne pas en avoir besoin ?

Pour clore son discours, la Vice-Présidente de l’ASUMA souhaita la bienvenue à tous les conférenciers ci-haut marqués. A tous les participants, elle disait que le Seigneur va leur adresser sa parole, des mots et des orientations claires afin qu’ils deviennent des témoins joyeux de son amour au sein de l’Eglise et de la société burundaise. Elle souhaita que ce forum ne soit pas seulement pour eux un moment de manifestation de joie, mais qu’il soit aussi un moment de se mettre à l’écoute de ce Dieu, qui par amour les appelle et leur donne mission de transformer le monde.

            Au sortir de la messe, le représentant du saint siège au Burundi, Monseigneur… procéda au lancement officiel du forum. En gros, il rappela l’essence et la mission des consacrés dans un contexte concret comme celui d’un pays pauvre, un  pays ayant été fragilisé par des crises répétitives internes. Il recourut principalement au message que pape saint Jean Paul II a adressé aux consacrés, à Bujumbura, lors de sa visite au Burundi en 1990.

En continuation, après une courte pause et l’animation faite par les mêmes participants, l’assemblé a pu suivre la 1ère conférence de Sr Joséphine (B.T). La conférence reposait sur le thème déjà mentionné :« VIE CONSACRÉE, TEMOIN DE L’EVANGILE, PROPHETIE DE LA JOIE POUR SEMER L’ESPERANCE DANS LE BURUNDI AUJOURD’HUI ».   

(la suite, prochainement)   

PROFESSIONS RELIGIEUSES CHEZ LES SMMMR ET EMISSION DES VEOUX D'ENGAGEMENT DANS LA FRATERNITÉ SAINT AUGUSTIN (29-8-2015)

"Là où il y a les religieux il y a la joie ». Seuls les consacrés qui ont déjà rencontré le Christ et qui lui ont ouvert toute leur existence éprouvent cette joie de vivre en Jésus, et sont comblés par lui. »

PROFESSIONS RELIGIEUSES CHEZ LES SOEURS DE LA VISITATION DE SAINTE VIERGE MARIE (Gitega-Mushasha, 25 / 4 / 2015)

Le 25 avril 2015, solennité de l’Annonciation du Seigneur, chez les Sœurs de la Visitation de la Sainte Vierge Marie -Monastère de Gitega-,  Dieu a comblé la joie de la communauté résidente et de ses proches. En effet, la solennité a été couronnée par les cérémonies de trois heureux événements tels que : 1º) la PROFESSION SOLENNELLE des Sœurs Marie Aimée NIZIGIYIMANA et Marie Benoîte NDAYISHIMIYE ; 2º) la  PROFESSION TEMPORAIRE de Sœur Espérance NIZIGIYIMANA, qui prit depuis ce jour le nom de Sœur Gabriela Marie NIZIGIYIMANA ; et 3º) l’action de grâce pour L’ENTREE AU NOVICIAT de 5 postulantes : Aline NIYONZIMA, Marie Goretti NDIMURIRWO, Claudine MUKASONERA, Virginie NDUWIMANA et Elvine UWINGABIRE.

Dites cérémonies étaient présidées par l’archevêque du Diocèse de Gitega, S. Exc. Msgr Simon NTAMWANA. En plus de l’aumônier du monastère, abbé Amédée NDUWAYEZU, 12 prêtres, un diacre et une grande assemblée de fidèles ont aussi pris part aux cérémonies. La Messe a débuté à 10h00 pour se terminer à 13h00. 

Dans son homélie, l’archevêque a insisté sur le sens de la fête de l’Annonciation et sur ce à quoi elle appelle. L’archevêque a invité les fidèles, de prime abord, à aller annoncer le Seigneur sans cesse, et à rendre grâce pour cette attendrissante fête où « nous célébrons la descente de la sainte Trinité vers nous ». C’est donc une solennité de l’Amour inestimable de Dieu. En effet, « Dieu est Amour » (1 Jn 4,8), et, en ce jour, l’amour infini des Dieu se manifeste à tous les hommes, c’est le jour des Noces de Dieu avec l’Humanité. C’est donc une fête sans pareil vis-à-vis de notre salut. Aujourd’hui, Dieu le Père offre son Fils, par amour, pour le salut des hommes ; aujourd’hui, commence notre salut. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle » (Jn 3,16). C’est le jour de la grande exaltation de l’homme parce celui-ci est honoré d’être le «Temple  du Fils du Très-Haut». En ce jour, la Sainte Vierge Marie a conçu Dieu dans son sein, parce que Dieu a voulu vivre dans le sein d’une personne ! Mais, quel mystère ! s’exclamait Msgr Simon. En ce jour, l’homme est entré dans la communion éternelle avec son Dieu. D’ailleurs, tous les hommes, croyants ou pas, sont appelés à cette communion. Avec ce jour, commence la Pâques, car l’homme a accueilli « l’Emmanuel » -le Dieu avec nous- ; il a accueilli « Jésus » -Dieu qui sauve-.

Dieu s’humilie, en ce jour, pour relever l’homme déchu, en battant, à sa place, le péché et la mort qui en dérive. Voici alors le jour spécial où tout chrétien doit accueillir la Bonne Nouvelle qui consiste à vivre cet amour divin et en être le pont menant vers ses frères, à l’exemple de la Vierge Marie. Ceci dit que là où est un chrétien, dans son être, dans son agir,… là se trouve Dieu qu’il accueilli. Il nous faut donc respecter ce que nous sommes : des enfants de Dieu, petits frères de Jésus, dignité que nous avons acquise depuis notre configuration à lui par le baptême. Pour ce, nous devons témoigner de cette dignité au milieu de nos frères, au travail, dans les partis politiques, partout ! Voici le jour qui nous rappelle que nous devons nous dépenser pour que le Christ soit connu et touche tous les coins du monde. Quand la Sainte Vierge Marie a dit « Oui » à Dieu, il ne l’a pas fait seulement en paroles. Elle a prononcé un «Oui» total et vital. Depuis lors  (passant par le bas de la croix), Marie reste notre mère et notre modèle de consécration à Dieu (***).   

Puissions-nous nous confier à Marie pour qu’elle nous enseigne à nous offrir à Dieu sans réserve. Aux Sœurs de la Visitation, l’archevêque  exhorta d’accueillir Jésus au plus intime d’elles-mêmes, pour l’annoncer, plus particulièrement par leur charisme de la contemplation, à ce monde qui cherche bien de fois à s’entêter. Ainsi le Fils de l’Homme parviendra à tout le  monde et réalisera la volonté explicite du Père : « Que nous ayons, en lui, la vie éternelle».     

 

Après la messe, au cours du partage d’un verre de fraternité, l’Abbé Amédée NDUWAYEZU, aumônier du Monastère des Sœurs de la visitation, a pris la parole pour remercier le Seigneur pour toutes les grâces rependues dans l’Eglise-famille de Gitega, et ailleurs, à travers les Sœurs contemplatives de Gitega. Il a aussi adressé de vifs remerciements aux parents, amis et connaissances qui avaient répondu présent à la circonstance.  Au nom de ces religieuses, l’Abbé Amédée a aussi demandé aux invités de prier pour elles, car, même si la prière fait spécialement partie intégrante de leur quotidien, elles la nécessitent sans cesse. Telle fut aussi la pétition de Sr Gabriela Marie NIZIGIYIMANA qui a parlé au nom de ses consœurs qui avaient émis leurs vœux ce jour.  Le représentant des parents pour sa part, a rendu grâce à Dieu qui a élu parmi leurs enfants celles qui soient dédiées à la vie contemplative au profit de toute l’Eglise. A toutes les personnes qui concourent à la fructueuse vie de ces  consacrées, notamment l’archevêque, l’aumônier, la Sœur Supérieure, les familles et bien d’autres, un mot de remerciement leur fut dédié. Le dernier à intervenir fut le représentant des membres de la Spiritualité « Garde d’Honneur du Sacré Cœur de Jésus» fortement propagée via le Monastère de la visitation à Gitega. Son allocution se distinguait des autres justement para son insistance sur la part active de l’Ordre des Sœurs de la Visitation dans la promotion de la consécration personnelle au Sacré Cœur de Jésus et de la dévotion à former partie de la « Garde d’Honneur ». Que l’amour miséricordieux de notre Sauveur soit avec tous !

CÉLÉBRATION DE LA FÊTE DE LA PRÉSENTATION DU SEIGNEUR ET DE LA FETE DES CONSACRÉS À GITEGA (Dimanche, le 1 février 2015)

Dans l’archidiocèse de Gitega, la fête de la Présentation du Seigneur, qui se célèbre normalement le 2 février de chaque année, depuis le IVème siècle à Jerusalem, a été avancée d’un jour.  Se faisant, ce 1 février 2015, 4è dimanche du Temps Ordinaire, ce fut, à Gitega, la célébration de cette grandiose fête qui réunit comme toujours : 1º) la Présentation de l’Enfant Jésus au Temple; 2º) la purification de sa Mère, la Vierge Marie ; 3º) la fête de la Lumière ;  et, en 4ème position, la fête de tous les Consacrés. C’est dans cette optique que les consacrés qui œuvrent dans notre Archidiocèse s’étaient réunis à la Cathédrale Christ-Roi de Mushasha pour célébrer la fête qui leur est dédiée internationalement.

La messe a débutée à 9h45 avec une longue procession depuis l’Archevêché vers l’Eglise-cathédrale. Au moins 29 Congrégations ou Familles de consacrés étaient représentées :

1.    1. Les Frères Missionnaires de la Miséricorde ;

2.    2. Les Frères de Saint Gabriel

3.    3. Les Frères de la Charité

4.    4. Les Frères Bene-Yosefu

5.    5. Les Frères Bene-Paulo

6.    6. Les Apôtres du Bon Pasteur

7.    7. Les Pères Missionnaires de la Réconciliation

8.    8. Les Frères de Saint Camille

9.    9. Les Sœurs Missionnaires d’Afrique

10.  Les Sœurs Servantes de Notre Dame des Douleurs

11.  Les Sœurs Missionnaires du Cœur Immaculé de Marie

12.  Les Sœurs Ouvrières

13.  Les Sœurs Franciscaines de Notre Dame du Mont

14.  Les Sœurs Franciscaines de la Croix Glorieuse

15.  Les Sœurs Militantes de la Sainte Vierge Marie

16.  Les Sœurs Bene-Teresiya

17.  Les Sœurs Bene-Bernadeta

18.  Les Sœurs Bene-Mariya

19.  Les Sœurs Bene-Angela Merici

20.  Les Sœurs Missionnaires de la Rédemption

21.  Les Sœurs de Missionnaires de Marie Mère de la Réconciliation

22.  Les Sœurs de Sainte Famille de Nazareth

23.  Les Sœurs de Sainte Dorothée de CEMO

24.  Les Sœurs Amies des Souffrants

25.  La Fraternité Sainte Faustine (Abahoza)

26.  Les Sœurs Prêcheuses du Royaume

27.  Les Sœurs de Marie Mère Reine du Saint Sacerdoce

28.  La Compagnie du Bon Pasteur

29.  Le Foyer de Charité

La Sainte Eucharistie et les autres cérémonies étaient présidées par Monseigneur Jean Marie HARUSHIMANA, Vicaire Général de l’Archidiocèse.

Dans son homélie, il a rappelé que, en la présentation de Jésus au Temple, Jésus Christ lui-même, dans les mains de sa mère, la Vierge Marie se présente à son Père. Il ne dit rien à ce moment-là, mais, c’est lui qui permet cette rencontre entre la sainte famille de Nazareth et le peuple de Dieu, par l’intermédiaire des deux sages Siméon et Anne qui avaient reçu la mission de reconnaître le Christ et Sauveur dans l’enfant Jésus présenté au temple. Siméon rend gloire au Père parce que ses yeux ont vu la gloire du Salut préparé à toutes les nations et il annonce que cette enfant sera le signe de perdition pour beaucoup de gens en Israël, un signe de contradiction, mais qui va relever la voie d’une grande multitude. "Nous les consacrés, religieux et religieuses et missionnaires, nous sommes venus rendre grâce au Père pour l’appel qu’il nous a lancé de venir nous consacrer à lui, nous aussi, en ce jour. Malgré nos faiblesses et notre indignité, c’est lui qui nous donne la force d’accomplir sa mission au milieu de l’Eglise, dans ce monde en parfaite mutation », faisait remarquer Monseigneur Jean Marie. Le pape François nous rappelle la joie de l’annonce de l’Evangile qui provient de Dieu Lui-même et que nous devons transmettre à nos frères et sœurs croyants et non-croyants, dans la fidélité à nos engagements à suivre le Christ et à marcher dans ses pas, dans ses ordres, dans la pauvreté, dans la chasteté et dans l’obéissance. « Nous, religieux et religieuses, et consacrés au Seigneur, nous avons non seulement la mission d’éclairer ce monde qui tend à la désacralisation et à la perte de la foi, mais aussi de le réveiller de son sommeil pour qu’il puisse se fonder de nouveau sur les bonnes valeurs morales et spirituelles que nous retrouvons en Dieu », concluait notre prédicateur.      

Vers la fin de la Messe, avant l’Action de grâce, le Président des cérémonies a offert aux supérieurs des Congrégations ou à leurs représentants et aux supérieurs des Familles de Consacrés en présence deux signes marquant leur envoi en Mission : La Bible et une Colombe qu’on laissa planait au-dessus de tous les fidèles dans les airs de cette grande et magnifique Eglise cathédrale de Gitega.

Par après, Le président du Comité du Conseil paroissial de Mushasha, au nom de tous les fidèles, a exprimés les vœux, les meilleurs à tous les consacrés pour passer une joyeuse fête et pour aller toujours de l’avant à la mission du Christ-Sauveur. De sa part, Le Vicaire Episcopale, chargé des consacrés dans l’Archidiocèses, Abbé Pierre Rwamangu (Curé de la paroisse Rukundo) a tenu lui aussi un discours d’action de grâce garni de beaucoup d’exhortations aux consacrés et à toute la famille chrétienne qui doit soutenir ces derniers.

Les cérémonies se sont poursuivies dans la salle « Magnificat » des Sœurs Militantes de la Sainte Vierge Marie pour le partage d’un vin d’honneur. La réception était splendide, animée par des danses des novices. Tout le monde pouvait noter qu’ils s’y étaient préparés avec sérieux. Une autre  équipe de 10 novices a présenté un sketch qui relate certaines des entraves auxquelles peuvent se heurter en famille les jeunes appelés à suivre le Seigneur, et les fruits tellement merveilleux qui suivent quand les mêmes jeunes ne sont pas terrifiés par les embuches du chemin et qu’ils répondent avec joie à  la voix de Dieu.  

Tereziya Mweranda w’Umwana Yezu no mu Maso Heranda i Gitega (12-19 Myandagaro 2018)

Ku musi w’Imana uheze igenekerezo rya 12 myandagaro, niho ibisigi vya TereziyaMweranda w’Umwana Yezu no mu Maso Heranda vyakirwa icese muri Diyoseze nkuru ya Gitega. Uwo mushitsi w’iteka twakiriye mu bisigi vyiwe yakiranywe igishika cinshi n’abantu isinzi bari bakinje, hariya mu Rukoki rwa Bukirasazi.

 Akirenguka agana Katedrale nkuru ya Gitega, ijwi ry’inkengeri ryaciye risamirana, maze riza kunywana n’ayandi majwi y’indirimbo n’invyino, eka ijuru n’isi vyari binywanye bunywane. Umwungere wa Diyoseze nkuru ya Gitega niwe yamuhaye ikaze ngo aze yisange, ashungurure imvura y’amaroza ku Burundi n’abarundi batuye i Gitega, abinjize mw’ishure ryiwe ry’ukwicisha bugufi n’urukundo... Baciye bamwinjiza mu ngoro y’Imana, hakurikira igisabisho kuninahaza Imana, inkuka y’imisa be n’igiteramo c’ijoro ryose.

Mu majambo umwungere yashikirije mu kumwakira, hari aho yagize ati : Tereziya ni  nyina wa Ekleziya y’i burundi, nyina w’abarundi n’abarundikazi. N’umuvunyi w’abarundi bose. Nico gituma abungere banyu bashimye cane ko aza, akaramutsa Uburundi, abakristu bashaka kumubona bakamuteramira bakamuganiriza. Nti muze mutinye kumuganiriza! Nti muze mutinye kumutura Uburundi. Papa Leo wa 13 niwe yatanguye kumushira mu bavunyi b’Ekleziya, cane cane iyiriko iramenyeshwa inkuru nziza vya vuba. Nico gituma rero Ekleziya yacu yavutse muri 1898 bayiragije Umushaha wa Yezu, Bikira Mariya nyina wa Yezu, Yozefu mweranda, Fransisko Gisaveri mweranda, na Tereziya Mweranda w’Umwana Yezu”. Umwungere yaramwakirije kandi akaririmbo bahora bamuririmbira kera bakitabiriza bati : “Tereza we wa muvunyi, tunga abarundi bose, gir’utwize tukwigane dukunde Yezu rwose”.

Nkuko rero indinganizo y’urwo rugendo yabitegekanya, abakristu bararonse akanya ko kuyagisha Tereziya w’Umwana Yezu no kumwereka igishika bari bamufitiye. Mur’urwo rugendo, inyuma yo kwakirwa no guteramirwa ijoro ryose mw’isengero nkuru ya Diyoseze, harabayemwo kandi ibihe bibiri bikomeye Tereziya yabanyemwo n’abakristu mu  buryo bw’inkoramutima.

PROFESSIONS RELIGIEUSES CHEZ LES SMMMR ET EMISSION DES VEOUX D'ENGAGEMENT DANS LA FRATERNITÉ SAINT AUGUSTIN (29-8-2015)

BONNE FETE DE LA CONVERSION DE SAINT PAUL À TOUS LES MEMBRES DE L'INSTITUT RELIGIEUX BENE- PAULO DU BURUNDI.

“Malheur à moi si je n’annonçais pas l’Evangile” (1Co 9,16).

L’Institut religieux  des frères BENE-PAULO a célébré avec grand éclat sa fête patronale à la Paroisse Mushasha, ce 23 janvier 2016. En honneur à la conversion de Saint Paul, - fête qui, normalement, tient lieu le 25 janvier-, cet Institut qui imite le zèle apostolique de l’apôtre des gentils a rassemblé tous ses membres cette année à Mushasha pour vivre un temps de grâce et de témoignage. 

Les cérémonies comprenaient  trois  événements très importants :

1º) La célébration de la Fête de la Conversion de Saint Paul

2º) La bénédiction et réception d’un nouveau Insigne de l’Institut Bene-Paulo.

3º) La bénédiction et ouverture d’une nouvelle Communauté, à Mushasha (la 2è à Gitega, et la 9ème au niveau national), communauté placée sous le patronage de Saint Barnabé.

 Dites cérémonies, présidées par S. Exc. Msgr Simon NTAMWANA, Archevêque de Gitega, ont commencé à 10h du matin avec une messe d’action de grâce. Au cours de celle-ci, l’archevêque a béni une Statue de Saint Paul qui va être casée à la Chapelle de la nouvelle communauté sise à en face de l’école SOS-Village d’Enfants-Mushasha-.   Dans cette même messe, l’archevêque a béni et offert un nouveau Insigne que vont porter désormais tous les frères BENE-PAULO.  Il s’agit d’une petite boucle blanche surmontée d’une petite croix verte qu’on attache sur la soutane au côté gauche de la poitrine. On peut facilement remarquer sur la boucle un dessin de la Bible ouverte avec les lettres Alfa et Omega, et en épigraphe les mots BENE-PAULO. L’archevêque lui-même a attaché le nouvel insigne sur l’habit de Frère Edouard NZAMBIMANA, Supérieur Général des Bene-Paulo, avant que celui-ci ne fasse de même pour les membres de son conseil. Ensuite, ces derniers collèrent l’insigne à tous les frères de l’Institut en commençant pas les plus anciens dans cette famille religieuse.

 Dans son discours de circonstance, le Supérieur des Bene-Paulo, Frère Edouard NZAMBIMANA  a rendu grâce à Dieu pour l’occasion tant propice.  Il interpella tous les chrétiens à la conversion radicale à l’exemple de Saint Paul afin d’être de vrais apôtres de la Bonne Nouvelle dans toutes les nations.  « Des gens et même des peuples entiers qui ignorent encore le Christ existent jusqu’aujourd’hui en grand nombre », martela-t-il. Dans cette optique, il invita l’assemblée à collaborer avec les frères Bene-Paulo, et surtout avec ceux de la nouvelle Communauté Sainte Barnabé, pour la  cause de l’Evangile de Dieu-Amour et Miséricorde. « Devant Dieu, il n’y a pas de maudits ! Puisse chaque chrétien se sentir comme chez soi dans cette communauté !», disait-il. … Les frères qui y habiteront n’ont pas d’autres particularités que l’appartenance à la Famille des Bene-Paulo.  Ainsi, sous l’intercession de Saint Paul et de Saint Barnabé, ils s’évertueront à être des apôtres de l’unité, de la concorde, de la cohésion sociale et ecclésiale, selon notre locuteur. Avant de terminer son allocution, le Supérieur des  Frères Bene-Paulo signala que l’Institut a pensé mener dans le futur des activités d’intérêt public à côté de la nouvelle communauté susmentionnée.

 Au sortir de la messe, ont suivi les cérémonies de bénédiction des nouvelles maisons de la communauté, désormais dénommée Saint Barnabé. On retiendra plus spécialement le rite de la bénédiction de la chapelle et ses objets liturgiques : l’autel, le tabernacle, le chemin de croix, les statue de la Sainte Vierge, etc. , suivi par la bénédiction des autres locaux.

Pour terminer tout en beauté, la journée s’est vue prolongée au Centre Magnificat où un verre d’honneur fut partagé dans la fraternité paulinienne.

 A titre informatif, nous vous signalons que l’Institut des Frères BENE-PAULO a été fondé en 1965 par Feu Msgr Michel NTUYAHAGA (à Bujumbura). Les tous premiers frères prendront les habits en 1967. Les Frères Bene-Paulo sont à Gitega depuis l’année 1992. Ils commencèrent dans la Paroisse Buhoro, mais la crise de 1993 les a obligés à déménager vers Giheta, et en fin vers Museke-Mushasha-. Actuellement, l’Institut est encore de Droit diocésain et comprend neuf communautés réparties en trois diocèses :

-        5 dans l’archidiocèse de BUJUMBURA

-        2 dans le diocèse de Muyinga.

-        2 dans l’archidiocèse de Gitega.

Parmi les membres de l’Institut Bene-Paulo, il convient de signaler qu’il y a trois prêtres : le Père Emmanuel MASHAHU, le Père Laurent NDEREYIMANA et le Père Zacharie HAKIZIMANA.

 Vous pouvez lire en intégralité l’homélie de ce jour en cliquant sur l’option « Souffle pour l’âme » de ce même web.

 A. Timothée HAKIZIMANA.